Internet haute vitesse, des progrès encourageants !

Article publié 23 septembre 2020.

La démonstration de l’importance d’accéder à une connexion Internet haute vitesse n’est peut-être plus à faire, mais force est de constater que cet enjeu s’est davantage imposé ces derniers mois alors que des milliers de travailleuses et travailleurs ont été contraints au télétravail en raison de la pandémie de la COVID-19. De fait, un comité citoyen, chapeauté par le conseiller municipal Bruno Allard, se penche sur le dossier depuis deux ans maintenant. Et, en dépit de la COVID-19, des progrès très encourageants ont été réalisés ces dernières semaines.

RÔLE DU COMITÉ

Ce comité citoyen a pour mission de faciliter le travail de tous les fournisseurs Internet intéressés à déployer la fibre optique à Saint-Hippolyte. Les membres de ce comité se sont rencontrés mensuellement afin d’établir des actions permettant de faciliter la définition et la mise en place de projets. Ce comité réalise des suivis sur une base régulière auprès de la députée de Prévost, Mme Marguerite Blais, alors que le maire, M. Bruno Laroche, maintient une communication constante avec le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

NOUVELLES ÉTAPES

DÉRYtelecom, basée au Saguenay et présente dans 275 municipalités du Québec, est en attente de réponses concernant les programmes gouvernementaux. Cette compagnie affirme qu’elle pourrait être en mesure de brancher les premières résidences 18 mois après l’obtention de la subvention. Par ailleurs, certains résidents du secteur du lac en Cœur ont obtenu les services de Ouilink, qui offre la haute vitesse par l’entremise d’une technologie de radiofréquence. Environ 25 résidences ont déjà été branchées à ce jour. Ouilink se concentre toutefois uniquement sur ce secteur pour le moment. Enfin, une rencontre avec des représentants de Vidéotron et de la Municipalité de Saint-Hippolyte, en août dernier, a permis d’apprendre l’intérêt marqué de ce géant québécois des télécommunications. Ainsi, Vidéotron entend prolonger son réseau à l’entrée sud du territoire (secteurs du lac Écho et du nouveau IGA) d’ici trois mois et souhaite augmenter sa couverture à Saint-Hippolyte par le biais des programmes d’aide financière des deux paliers de gouvernement. Une nouvelle rencontre est prévue cet automne entre Vidéotron et la Municipalité pour discuter des subventions pour l’accès à Internet haute vitesse.

LES DÉFIS TECHNOLOGIQUES… ET FINANCIERS

Il importe de noter que Saint-Hippolyte compte 132 km2 , incluant 217 km de routes. Selon une évaluation réalisée récemment par un fournisseur Internet, 297 km de fibre optique sont nécessaires pour couvrir l’ensemble du territoire, représentant un investissement de plus de 10 M$ pour offrir la haute vitesse. Or, le rendement d’un tel investissement n’est pas jugé significatif pour certains grands joueurs de la télécommunication, à tout le moins sans aide financière gouvernementale. Après avoir été sollicitée, Bell a confirmé n’avoir actuellement aucun projet en vue pour déployer de la fibre dans les deux autres secteurs de Saint-Hippolyte. Bell prévoit aussi déployer une nouvelle technologie sur l’antenne du secteur du village, permettant d’accéder à Internet à partir du réseau mobile. Environ 900 maisons, dans un rayon de 6 kilomètres, pourraient être branchées sur ce réseau d’ici la fin de 2020. L’entreprise Cogeco a de son côté préféré ne pas déposer de projet pour Saint-Hippolyte dans le cadre des programmes d’aide gouvernementaux.

« Ces progrès encourageants récompensent non seulement les efforts que la Municipalité a déployés ces dernières années, mais aussi la collaboration et la patience de nos citoyennes et de nos citoyens. Cette stratégie des petits pas porte ses fruits, et nous entrevoyons l’avenir avec optimisme dans ce grand projet d’importance pour nos résidents et nos entrepreneurs », a commenté le conseiller responsable du dossier de l’accès à Internet haute vitesse, M. Bruno Allard.