Un peu d’histoire

QUELQUES PAGES DE NOTRE HISTOIRE

Dans le cadre des séries publiées depuis 1999 sur les familles de souche et les principaux lacs du territoire de la Municipalité, le journal Le Sentier rappelle l’histoire du village de Saint-Hippolyte, des origines, que nous faisons remonter à 1855, jusqu’à nos jours. Les lieux historiques décrits ici, dans ces chroniques, sont situés au village-centre, délimité par le garage municipal et l’intersection du chemin des Hauteurs (route 333) et du chemin du Lac-de-l’Achigan.

Ces quelques pages de notre histoire racontent le village de l’époque, à partir de témoignages et de textes existants. Les écrits de Serge Laurin, historien, ont servi à situer l’histoire de Saint-Hippolyte dans un contexte plus large, celui des Basses-Laurentides.

Merci au Journal Le Sentier et à ses journalistes bénévoles qui nous ont gracieusement offert les chroniques historiques ci-jointes.

Capsules historiques

Saint-Hippolyte, d’hier à aujourd’hui

Le territoire actuel de Saint-Hippolyte couvre 133 km2. Il est établi sur trois cantons ; la division cadastrale en vigueur à l’époque du développement de la Municipalité. Le plus ancien des…

Lire la suite

Les années 1950 à nos jours

On assiste aux progrès fulgurants de l’industrialisation et de l’urbanisation. La construction de l’autoroute des Laurentides à la fin des années cinquante porte le coup de grâce au chemin de…

Lire la suite

Les écoles au village

Le territoire de la municipalité est grand, la majorité des habitants vivent loin du village et les familles sont nombreuses, d’où la nécessité d’avoir plusieurs écoles de rang. Dès 1871,…

Lire la suite

Les années 1900 à 1950

C’est une époque de progrès mais aussi de grands bouleversements avec la Guerre de 1914-1918, la Crise économique de 1929 et la Deuxième Guerre mondiale. Les Basses- Laurentides souffrent encore d’une…

Lire la suite

Legs des familles migrantes à Saint-Hippolyte

Ce document pose un regard sur les legs économiques, politiques, culturels et artistiques des familles migrantes d’abord colonisatrices et, ensuite de villégiature, temporaire et permanente, au fil des années de la création et du développement de la municipalité de Saint-Hippolyte dans les Basses-Laurentides.